Dépendances au Studio Hébertot !

Publié le par REMY D'ARCANGELO

Mais quoi ? Qu'est-ce que c'est ?
Pour régler une affaire de succession, Henri et Tobias ont rendez-vous dans l'appartement familial. Presque deux ans sans s'être vus - on comprend vite pourquoi - tant les deux frères semblent comme des pôles opposés. Pudique, en apparence affranchi de la structure familiale, Henri y va à reculons, tandis que Tobias, animal écorché vif resté vissé à l'enfance, peine à contenir sa tempête intérieure. 
Il peste, fulmine, s'emporte contre Carl, le troisième frère qu'ils attendent et qui est en retard. Comme à chaque fois. Comme toujours. Ce retard anodin fait monter la tension. À moins que ce ne soit pas Carl lui-même le véritable problème...

Mais quoi ? J'en pense quoi ?
Ce que j'aime le plus quand je vais au théâtre, c'est ne rien savoir, rien lire sur ce que je vais voir et me laisser emporter. Et c'est évidemment un réel plaisir quand la représentation est une réussite en tout point. Ce fut le cas ce soir avec "Dépendances" !
Le texte de Charif Ghattas se dévoile au fur et à mesure dans une mise en scène très sobre terriblement efficace. On oscille entre des moments très drôles, et d'autres plus dramatiques et la dérive d'un coup qui te surprend jusqu'à un final qui te laisse sans voix. Une histoire de famille qui vit dans un déni terrible. Je n'en dis pas plus car je pense déjà trop vous spoiler.
Le casting est idéal ! Francis Lombrail et ‎Thibault de Montalembert excelle. Une présence indéniable ! Un jeu d'un naturel déconcertant. Une implication sans faille. Le duo fonctionne à merveille. Les voix sont très complémentaires. On croit totalement à cette fratrie. On a affaire à deux pointures. Mais quoi ? Quel bonheur !
Je vais insister également sur les silences dans cette pièce qui sont nombreux. C'est tellement rare qu'il faut le souligner. C'est l'exercice le plus difficile je pense. Aucune parole, tout passe par un geste ou un regard. Ici ces silences sont assumés et nourris à un point que toutes les émotions nous parviennent. Tous ces non-dits entre ces frères qui font durer le suspense et qui nous empêche de décrocher. On veut connaître la fin à tout prix. C'est une très belle découverte ! Mais quoi ? Bravo ! 

Mais quoi ? Où ? Quand ? Comment ?
Du 19 au 29 avril 2018 au Studio Hébertot, du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 17h.

Le saviez-vous ?
Encore plus de "MAIS QUOI?" sur FacebookInstagramTwitter et Youtube !

Publié dans Théâtre, Paris, Sortie, Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article